Blog > Initiatives > High-tech et les seniors

High-tech et les seniors

Posté le 18 July 2016 dans Initiatives

Paru dans leParisien.fr le 29 juin 2016 : http://bit.ly/2a5659W

Par Elodie Chermann

High-tech. Près de la moitié des plus de 65 ans se connectent à Internet tous les jours, selon un baromètre de l'Institut du bien-vieillir que nous révélons.

Largués face aux nouvelles technologies, les seniors ? Pas du tout ! Aujourd'hui, les plus de 65 ans sont quasiment devenus des internautes comme les autres. C'est ce qui ressort du 3 e baromètre* européen de l'Institut du bien-vieillir Korian que nous révélons aujourd'hui en exclusivité. Ainsi, ils sont 43 % à utiliser Internet tous les jours ou presque pour envoyer des mails, 24 % pour surfer sur les réseaux. Du jamais-vu ! S'ils devaient déménager demain, 39 % emporteraient d'ailleurs en priorité leur ordinateur ou leur tablette pour se sentir comme chez eux.

« Ce qui compte pour eux, c'est de garder leur liberté de choix et de décision », souligne le D r Philippe Denormandie, directeur de l'institut et chirurgien à l'hôpital Raymond-Poincaré à Garches (Hauts-de-Seine). « Les nouvelles technologies leur permettent justement de rester en lien avec leur environnement. » C'est chez les plus de 80 ans que les évolutions s'avèrent les plus marquantes. « Les octogénaires correspondent à la génération des pionniers parmi les pionniers », analyse Serge Guérin, professeur à l'ESG Management School, à Paris, et auteur de « la Nouvelle Société des seniors » (Michalon, 2011). « Ce sont eux qui ont connu le plus de mutations en l'espace d'une vie : la radio, la télévision, le téléphone fixe, Internet, le smartphone... »

Au départ, l'apprentissage des arobases, liens et autres pop-ups n'a pas été pour eux des plus aisés. Mais ils ont fini par s'y faire. « On n'a pas eu le choix », assure Marie-Françoise Fuchs, présidente du comité scientifique d'Old'up, une association créée en 2008 pour donner du sens à l'allongement de la vie. « Pour rester utile aujourd'hui dans la société, il faut maîtriser un minimum le digital. Sinon, on n'a pas d'information, on perd le lien avec les autres. Bref, on n'a plus qu'à rester chez soi à tricoter ! » Afin de suivre les moments de vie de ses onze petits-enfants, éparpillés aux quatre coins du monde, cette Parisienne de 84 ans s'est convertie à Skype, Facebook et WhatsApp. « La tablette m'a beaucoup facilité la tâche, poursuit-elle. Facilement transportable, ce support a l'avantage d'être simple d'utilisation et d'offrir une lecture confortable. » Originaire de L'Isle-Adam (Val-d'Oise), André Desplan, 90 ans, a lui aussi fini par investir. « Avec, je tape des mails, je consulte ma banque en ligne, je lis les journaux, détaille-t-il. Par contre, les achats en ligne, j'évite. Je préfère le contact humain. Un principe de vieux monsieur ! »

* Réalisé au cours du premier trimestre 2016 via Internet auprès d'un échantillon représentatif de plus de 4 000 seniors de 65 ans et plus, en France, en Allemagne, en Italie et en Belgique.

Où se former

Plusieurs associations proposent des ateliers pour permettre aux seniors de s'initier à l'informatique et au fonctionnement d'Internet. C'est le cas à Paris de Old'up (Oldup.fr) et E-seniors (E-seniors.asso.fr). Netpublic, lui, propose des accompagnements individuels ou collectifs dans toute la France (Netpublic.fr).

Commentaires (0)

Partagez et échangez
de commentaires

Ajouter un commentaire

Donnez votre avis
Veuillez vérifier que tous les champs soient complétés.