Blog > Maintien à domicile > Choisir un scooter électrique

Choisir un scooter électrique

Posté le 6 October 2015 dans Maintien à domicile

Le scooter électrique s’est imposé dans les pays anglo-saxons car il constitue une réelle alternative au fauteuil roulant. D’une part, la simplicité d’utilisation redonne de l’autonomie à des personnes qui, sans cela, seraient grabatisées. Les accidentés du travail, les traumatisés, les cas de polypathologies peuvent s’en servir.

D’autre part, la large autonomie (ce qui n’est pas le cas du fauteuil roulant) permet réellement de se déplacer à l’extérieur. Pour les pathologies fixées, comme celles liées au grand âge, les personnes ne sont plus confinées au domicile. Cet élargissement du périmètre de vie est un élément clé pour le maintien à domicile.

Pourquoi un scooter plutôt qu’une autre solution : déambulateur, fauteuil roulant ou voiturette ?

Le déambulateur

Ne permet de couvrir que de très faibles distances, et s’utilise en général à l’intérieur du domicile. De plus, la position debout peut provoquer des douleurs, des lombalgies ou des problèmes articulaires avec le transfert du poids sur les poignets. On remarque les mêmes conséquences avec l’emploi d’un Rollator en extérieur.

Le fauteuil roulant

Permet une autonomie bien moindre du fait de son faible rayon d’action et de sa manipulation moins aisée. Il donne également une image stigmatisante du fait d’une connotation handicap. La voiturette représente un coût très important et une conduite plus complexe. Son utilisation sur route ouverte demande des facultés d’attention et des réflexes importants.

Ce type de véhicule, souvent vendu par un réseau de garagistes reste peu adapté aux personnes âgées et le coût de son entretien se rapproche de celui d’une automobile. Le scooter est une solution intermédiaire permettant dans les faits aux utilisateurs de ne pas se positionner comme des handicapés tout en retrouvant une large autonomie et donc une faculté de resociabilisation.

Comment choisir un scooter électrique ?

Le choix d’un scooter électrique doit s’effectuer en deux étapes. Il faut se demander quel type de scooter choisir, puis choisir les options associées. La réflexion doit combiner la prise en compte des facteurs techniques liés au cadre de vie et des aspects fonctionnels de la personne.

Quels sont les types de scooter disponibles ? Les gammes de scooter s’organisent autour de leur rayon d’action et de leur capacité à rouler sur des terrains plus ou moins difficiles.

1 - Scooters d’intérieurs :

Les scooters d’intérieurs sont des appareils utilisés dans les habitations ou lieux de vie (maisons de retraites,…). Ils sont peu puissants, leur autonomie est limitée et leur encombrement faible pour pouvoir passer dans l’embrasure des portes.

Leur utilisation à l’intérieur des locaux doit privilégier la maniabilité. Il existe des modèles à guidon, et d’autres sans colonne de direction, manipulés par un joystick. Ils sont parfois munis de deux moteurs pour commander les roues de façon séparée et être capable de tourner de 360° sur eux-mêmes.

2 - Scooters transportables :

Les scooters électriques transportables sont adaptés pour de faibles distances, inférieures à 10 km, en intérieur ou en extérieur mais sur des terrains plats. Les cas typiques d’utilisation sont :

  • les trajets entre le domicile et les commerces de proximité,
  • l’emport dans un véhicule pour utilisation ultérieure dans une galerie marchande ou un lieu de vacances,
  • l’utilisation combinée scooter + personne accompagnante (conjoint, enfants…) marchant normalement, pour retrouver la capacité d’avoir des activités communes.

Ces scooters sont plus puissants que les scooters d’intérieur. Ils sont conçus sur un compromis qui met l’accent sur la transportabilité : démontables en plusieurs parties individuellement légères et peu encombrantes, donc faciles à charger dans un véhicule, un train, ou même un avion. Ils sont équipés de batteries détachables ; le cas échéant, le scooter reste dans le véhicule et seul le pack batteries est transporté pour la recharge. Ce sont les appareils les plus polyvalents du marché.

3 - Scooters routiers :

Les scooters routiers possèdent de grandes qualités de confort et d’autonomie. Leur rayon d’action est de plus de 30 km ; les durées de station assise sont donc assez longues. Pour cette raison, l’accent a été mis sur l’ergonomie du siège : fauteuils confortables réglables en hauteur et en profondeur, dossier inclinable avec appui tête et accoudoirs relevables.

Les équipements sont adaptés à une utilisation routière, hors des trottoirs, avec des amortisseurs avant et arrière, un système d’éclairage, des clignotants, un avertisseur sonore. Certains modèles sont destinés à des usages particulièrement intensifs ou des terrains inégaux, pour les utilisations en montagne ou sur terrains escarpés ; ils sont également équipés de roues plus grandes.

Quelles sont les options disponibles ?

Les principales options ou caractéristiques sont les suivantes, toutes ne sont pas disponibles sur tous les modèles :

  • Siège textile ou vinyle imperméable (indispensable si utilisation extérieure pour pouvoir être nettoyé)
  • Dossier inclinable pour s’adapter au mode de conduite
  • Siège ajustable en hauteur et profondeur pour s’adapter à la morphologie
  • Accoudoirs relevables pour faciliter le transfert sur le siège
  • Accoudoirs réglables en hauteur pour s’adapter à la taille
  • Guidon ajustable en inclinaison pour éloigner ou rapprocher le poste de conduite de l’utilisateur
  • Panier avant et / ou arrière pour les commissions, le sac à main
  • Porte cannes ou porte déambulateur pour pouvoir marcher après le trajet
  • Porte système respiratoire pour l’emport des bouteilles d’oxygène
  • Réglage de la vitesse
  • Jauge de batterie
  • Clignotants, phares, feux de détresse, catadioptres, rétroviseurs si utilisation routière
  • Pack batterie démontable pour pouvoir recharger hors du lieu de parking du scooter
  • Pneus pleins ou gonflés (à chambre à air)
  • Roulettes anti basculement, positionnées à l’arrière
  • Freinage électromagnétique : pas de besoin de pression manuelle par l’utilisateur sur une poignée de freins, un simple relâchement suffit à freiner
  • Mécanisme plus ou moins simple de montage et démontage : compliqué (cosses à enlever, fiches,…) ou élémentaires (ajustement par contact)
  • Nombre de roues : 3 (moins encombrant) ou 4 (plus stable)
  • Garde au sol, de 3 cm à 10 cm, qui conditionne le passage des trottoirs
  • Suspensions, existantes ou non, à considérer en cas de problèmes ostéo articulaires
  • Capacité à gravir des pentes (jusqu’à 14 %)
  • Pare-choc avant et arrière

Commentaires (3)

Partagez et échangez
de commentaires

Ajouter un commentaire

Donnez votre avis
Veuillez vérifier que tous les champs soient complétés.